Les Carmidor – Olivia Gometz

Ce premier tome est addictif !

Je n’avais encore jamais lu de Fantasy de mœurs. J’ai vu Game of Thrones et j’ai aimé la série. Cela dit, je me perdais dans le nombre incalculable d’intrigues et de familles. Je craignais que ce soit la cas aussi pour les Carmidor, mais pas du tout. La liste des familles au début du roman est très utile, et l’intrigue ne part pas dans tous les sens comme dans Game of Thrones (désolée Mr Martin, mais tu m’as perdue en route !). C’est donc une très agréable surprise de voir que j’ai beaucoup aimé ce type de roman.

Quant à l’intrigue des Carmidor, je n’ai que deux mots à dire : Giorda et Dista ❤ Deux personnages féminins au cœur du roman, deux jeunes femmes fortes qui sont soumises au destin de leur famille et doivent faire leurs propres choix. Autour d’elles gravitent une multitude de personnages intrigants, vils, brisés, rancuniers, forts, faibles… Les alliances familiales sont souvent bousculées au cours du roman, et on va de rebondissement en rebondissement. Je n’ai pas eu le temps de m’ennuyer, plutôt, j’ai eu du mal à lâcher le livre et les 450 pages se sont enchaînées avec rapidité.

Le monde des Carmidor est agréable à découvrir, et on ne se perd pas dans des termes inconnus, des descriptions à rallonge ou des langues étrangères incompréhensibles, qui parfois est le cas en Fantasy. Il est facile de s’imaginer les scènes, les paysages, l’ambiance moyenâgeuse. Les déités sont intéressantes : l’autrice s’est inspirée, je crois, des déités Grecques et Romaines tout en changeant leur nom ce qui est très ingénieux. Neptune et Poséidon, respectivement dieu de la mer Romain et Grec, devient ainsi Népéidon. Un nouveau dieu, qu’il est cependant facile de reconnaître de façon presque innée pour le lecteur. Bien joué !

La plume de l’autrice est fluide, riche et poétique. Si bien que même les scènes violentes ne m’ont pas autant affectée que dans d’autres livres avec des plumes plus dures. Cela dit, chacun a une sensibilité différente. Pour ma part, ce fut un vrai plaisir de la lire, et il me tarde de pouvoir acheter la suite !

J’ai apprécié l’ingéniosité du supplice du Cormoran, et si vous voulez savoir de quoi il s’agit, il vous faudra vous lancer dans cette lecture addictive – à vos risques et périls 😉

D’ailleurs, l’autrice vient de lancer le site web des Carmidor, et il est magnifique, avec des cartes interactives !

Je partage la 4ème de couverture avec vous :

Prête à tout pour protéger son île, la puissante famille Carmidor s’allie aux nobles continentaux et renverse le souverain.
La dynastie royale est massacrée. Tandis que les Virdemis s’emparent de la couronne, le clan insulaire étend son influence dans la capitale en usant de son or et de ses charmes.

Mais au nord, la dernière Arvagna jure d’anéantir les assassins de ses parents, dût-elle rejoindre les redoutables Népéis dont les prophéties annoncent l’engloutissement des terres émergées. Les Carmidor le savent : les vagues les plus dévastatrices ne seront pas faites d’écume et de sel.
Elles seront de terreur et de sang.

Publié par Sophie Bachet

Autrice de la saga "Wildekat"

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :