Matrix 4 – Lana Wachowski

Il y a des œuvres qu’il ne faut pas toucher… la triologie Matrix en fait partie.

Déçue de ce nouvel opus, et pourtant c’est avec entrain que je me suis rendue au cinéma pour le découvrir.

La première partie est agréable, et assez « méta », On se dit que c’est prometteur. Et puis… mais, Lana, que fais-tu ? On passe sur une deuxième partie en Roméo et Juliette?! Soit, Neo et Trinity étaient amoureux dans la première trilogie. Soit, leur histoire faisait partie de l’intrigue, mais jamais oh grand jamais elle n’a pris toute la place. C’est l’impression que j’ai eu dans cette deuxième moitié. Déçue aussi des effets spéciaux qui ne se sont pas renouvelés, c’est loin d’être à la hauteur de « l’effet Matrix ». Malheureusement, je suis donc restée sur ma faim. D’ailleurs, j’aurais préféré ne pas manger de ce plat là, et rester sur le menu gastronomique que constituait la trilogie originelle.

Petit bonus, il y a de nouveaux personnages qui pourraient être intéressants. Des femmes, des femmes encore des femmes (c’est la nouvelle « mode » à Hollywood – pour ne pas dire prise de conscience après des décennies à nous traiter comme des plantes vertes – de mettre les femmes en avant, et je dis « encore! »). Je suis tombée amoureuse de Bugs (Jessica Henwick) qui m’a rappelé le personnage de Vi dans Arcane. J’aurais aimé apprendre à mieux les connaitre, alors que Lana n’a qu’éraflé leurs personnages. C’est dommage. Peut-être ce 4ème opus méritait deux parties. Et un scénario plus complexe.

J’ai tout de même passé un bon moment pop-corn : l’histoire se laisse regarder, le jeu des acteurs est bon, et la nostalgie de revoir Neo, Trinity et d’autres est là. Cependant, je reste sur ma faim. Les anciens acteurs ne m’ont pas forcément convaincue dans leur « nouveau » rôle. J’aurais préféré qu’on laisse plus de place aux jeunes. Bref, ça manque d’un petit dessert, ou même du plat principal, voyez ?

Attention spoilers :

Lana, Lana, mais… qu’as-tu fait au Mérovingien ?! Lambert Wilson déguisé en Jacqouille des Visiteurs qui beugle des gros mots Français avec ses chicots tout en secouant ses rastas ?! On ne frôle pas la parodie, on est en plein dedans.

Niveau scenario, pardon mais Neo et Trinity qui se retrouvent et vont dessiner des arcs-en-ciel dans le ciel de la Matrice… c’est quoi cette fin, Lana ?! Mais… mais… ça fait depuis 1999 que j’ai envie de voir la Matrice péter, de voir les pods d’humains exploser et les machines rendre leur liberté aux humains… et là tu m’offres quoi ? Une fin à la Bridget Jones ? Ne me méprenez pas, j’adore Bridget Jones. Mais quand je vais voir Matrix 4 je veux des trucs qui me font péter le cerveau à la « Inception » (ce fut le cas la première moitié du film) et je veux qu’on arrive à quelque chose, enfin, après toutes ces années d’attente ! Aller, on se remet au travail et on nous fait un Matrix 5 « Indépendance » où on nous montre des machines qui explosent, des humains qui meurent (ici, personne n’y reste… pardon ? C’est quoi cette guimauve ? Pourquoi personne ne se sacrifie ?). Et puis on nous offre une fin philosophique comme quoi les humains et les machines devront apprendre à reconstruire leur monde en harmonie, pas superman et superwoman qui tracent des cœurs dans le ciel.

Bon voilà, j’ai écrit ma fin idéale, ça évitera à Lana d’y passer une fortune pour Matrix 5 😉

Publié par Sophie Bachet

Autrice de la saga "Wildekat"

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :